Auvergne

Découverte de la Voie Verte du Velay en vélo électrique

J’ai découvert, par le plus grand des hasards, le service de location de vélo à assistance électrique proposé la communauté d’agglomération du Puy en Velay. En effet, pour 12 € la semaine (ou 40 € le mois), si vous habitez l’une des 72 communes de l’agglomération, vous pouvez louer un vélo électrique. En cette période où voyager n’est pas possible mais l’envie de nature est grande, pourquoi ne pas essayer? Je me lance donc avec l’inscription en ligne (très facile, il suffit de joindre les documents demandés) et le choix de la date de début de la location. Ensuite, il n’y a plus qu’à aller chercher le vélo dans la boutique Vélo en Velay situé rue Pierret au Puy en Velay (Horaires de la boutique Vélo-en-Velay : du mardi au vendredi de 14h à 18h30 et le samedi de 9h à 12h.)

Après des explications claires et précises sur le fonctionnement du vélo électrique, me voilà partie, en étant pas très rassurée au début, surtout en ville.

Pour profiter du vélo en dehors de la ville, je décide donc de faire la Voie Verte du Velay. Cette sortie parait idéale pour profiter de la nature en vélo.

Présentation de la Voie Verte du Velay

La ligne de chemin de fer du Puy-en-Velay à Langogne a été inaugurée en 1912 pour s’arrêter en 1981. Par la suite, les rails ont été déposés pour permettre l’aménagement d’une promenade.

La Voie Verte du Velay relie Brive Charensac à Costaros soit 23,8 km avec une pente moyenne de 2%. Elle emprunte 5 tunnels éclairés et un viaduc de 184 mètres.

Le départ se fait à Brives-Charensac, au bout de l’avenue de la Gare (à coté des Artisans du Velay- Gédimat). C’est assez bien indiqué notamment avec les panneaux “Voie Verte” qui nous emmènent jusqu’au parking au départ de la Voie Verte du Velay.

Le parcours peut se découper en deux parties. La première de Brives-Charensac à Solignac-sur-Loire (13,8 km) et la seconde de Solignac-sur-Loire à Costaros (10 km).

La Voie Verte du Velay: de Brives-Charensac à Solignac-sur-Loire

La première partie du trajet nous emmène donc de Brives Charensac à Solignac-sur-Loire. Le parcours est très évident, difficile de se tromper! La route est très agréable, il n’y a vraiment aucune difficulté.

Les points de vue sont très beaux avec notamment une magnifique vue sur le Puy en Velay, la Loire et le massif du Mézenc.

On peut aussi apercevoir au loin le château de Bouzol.

Par ailleurs, le parcours nous fait traverser cinq tunnels éclairés.

Le tunnel de Taulhac

 Le tunnel de Taulhac est le premier. Il est long de 1141m. Il est très impressionnant et on se demande surtout quand il va se terminer.

Le tunnel du Riou

Ensuite, le tunnel du Riou. Le plus long avec ses 1 268 mètres. Il est encore plus impressionnant que le premier.

Le tunnel de Malpas

Rien à voir avec les deux premiers tunnels (et heureusement!). Le tunnel de Malpas fait 564 mètres (et c’est bien suffisant!).

Le tunnel de Pradeaux 

Encore plus court, le tunnel de Pradeaux ne fait que 370 mètres.

Le tunnel de Veneyres

Enfin, le dernier tunnel est le tunnel de Veneyres. On est rassuré quand on y rentre car on voit déjà la sortie étant donné qu’il ne fait que 281 mètres.

Personnellement je n’ai pas trouvé les deux premiers tunnels agréables. Ils sont très longs (plus d’un km quand même), l’éclairage et le revêtement sont limites. Et quel froid à l’intérieur (pensez vraiment à prendre une veste ou pull avec vous!).

Le viaduc de la Gagne

Le viaduc de la Gagne est long de 184 mètres. La vue est impressionnante lors de la traversée.

Me voila enfin arrivée à Solignac-sur-Loire. La première partie est vraiment facile et agréable (à l’exception des deux premiers tunnels). Par ailleurs, il y a de nombreux bancs qui ont été installés tout le long du parcours permettant ainsi de faire des pauses.

C’est maintenant l’heure de la seconde partie du parcours de la Voie Verte du Velay.

La Voie Verte du Velay : De Solignac-sur-Loire à Costaros

Changement de décors avec cette deuxième partie qui nous emmène donc de Solignac-sur-Loire à Costaros. Ce prolongement de la Voie Verte du Velay a été inauguré en 2012.

Le parcours est également évident, on ne peut pas se tromper. Mais j’ai trouvé qu’il était plus difficile que la première partie (mais peut être que cela est du à la fatigue et à la chaleur qui commençaient à arriver). Le revêtement est beaucoup moins agréable et il est nécessaire d’avoir un bon vélo. J’ai fait des dérapages contrôlés avec le vélo qui m’ont valu quelques frayeurs (surtout au retour en descente).

Le parcours se déroule sur un plateau avec une vue étendue sur le massif du Mézenc et celui du Devès.

J’ai même pu rencontrer des amies qui devaient se demander ce que je faisais la !

Par ailleurs, à Solignac-sur-Loire, il est possible de quitter la Voie Verte du Velay pour accéder à la cascade de la Baume qui se situe à 2 km. Je ne l’ai pas fait.

Dans cette deuxième partie, il n’y a pas autant de bancs que dans la première partie du parcours. Toutefois, lorsque vous êtes au Brignon, vous pouvez vous arrêter pour pique niquer.

N’ayant plus d’énergie et de motivation, j’ai fait demi tour alors qu’il ne me restait que quelques kilomètres à parcourir pour atteindre Costaros et donc la fin de la Voie Verte du Velay. En effet, le fait que le parcours monte constamment (2 %) fatigue bien même avec le vélo électrique. Sachant que le parcours aller fait 23.8 km, c’est quand même assez physique. Il faut compter environ 4 heures pour faire le trajet aller (avec de nombreuses pauses). Par contre le retour va très vite étant donné que c’est en constante descente (enfin attention à la vitesse, le vélo a tendance à s’emballer).

Si vous prévoyez de faire la Voie Verte du Velay à vélo, préparez vous. J’ai fait l’erreur de ne pas prévoir assez d’eau et je m’en suis voulue. Il y avait un point d’eau à Solignac-sur-Loire mais n’étant pas sûr que l’eau soit potable, je n’ai pas tenté le diable. Prévoyez bien de l’eau en quantité, de la nourriture et surtout un bon pull pour les tunnels.

Voilà j’en ai terminé pour cette première expérience en vélo à assistance électrique. J’en ai profité pour découvrir la Voie Verte du Velay. Cette dernière est vraiment à faire mais surtout la première partie de Brives Charensac à Solignac-sur-Loire. Pour moi, la deuxième partie est plus ennuyeuse et moins facile. En tout cas, concernant le vélo électrique j’ai adoré. Pour la grande sportive que je suis c’est vraiment parfait ! A refaire donc!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :