Auvergne

Les Gorges de l’Ardèche en voiture et en canoë: entre beauté et cauchemar

Je vous propose dans cet article de découvrir les Gorges de l’Ardèche. Entre falaises calcaires, nature sauvage, rivière, ce grand canyon est impressionnant et magnifique.

Pour le découvrir, deux moyens simples et efficaces : la voiture et le canoë. Et bonne nouvelle j’ai testé les deux! Mais, malheureusement, pour l’un d’entre eux, l’expérience a failli tourner au cauchemar.

Les Gorges de l’Ardèche en voiture: des vues à couper le souffle

Pour découvrir les Gorges de l’Ardèche, rien de tel que de prendre de la hauteur. Ainsi, l’idéal est d’emprunter la route touristique entre Vallon Pont d’Arc et Saint Martin d’Ardèche.

Afin d’en profiter en toute sécurité, des belvédères ont été aménagés par le Conseil Général de l’Ardèche sur cette route de 29 km.

Les différents belvédères: un émerveillement

Ce sont donc 11 belvédères qui sont aménagés tout au long de cette belle route. Faut-il s’arrêter à chaque belvédère? La réponse est oui! N’hésitez surtout pas! Même si, je suis sûre, que vous pensez que la vue sera la même à chaque belvédère. Je peux vous assurer que non, l’angle est différent à chaque fois.

Mon top 3 des belvèdéres

Difficile de choisir seulement 3 belvédères. Mais, si je ne devais choisir que 3 parmi les 11, je choisirai tout d’abord le premier à savoir le Serre de Tourre. En effet, ce fut le premier “wahoo” et la découverte d’un site d’une beauté unique.

Ensuite, je choisirais le 6 ème belvédère à savoir le Balcon des Templiers.

Enfin, je terminerais par le dernier belvédère à savoir celui du Ranc Pointu. En effet, il faut monter un petit escalier pour accéder au point de vue qui est juste magnifique.

Il faut compter environ 1h30 pour parcourir l’ensemble de la route si l’on s’arrête à tous les belvédères tout en prenant son temps.

Conseils

Pour atteindre la route touristique, lorsque vous arrivez à Vallon Pont d’Arc, il faut suivre la D 290, en direction de Saint Martin d’Ardèche. Après quelques kilomètres (qui paraissent une éternité tant le doute d’être sur la bonne route est fort), un panneau indique le début de la route touristique.

Je vous conseille vraiment d’y aller avant 9h. Ainsi, vous pourrez profiter pleinement des points de vue sans aucun stress de trouver une place sur les parking.

D’ailleurs, attention à ne pas vous arrêter ailleurs que sur les belvédères aménagés. En effet, le premier belvédère arrive très tardivement. On a tendance à vouloir s’arrêter une première fois en pensant que c’est le premier point de vue. Toutefois, cet endroit s’avère être dangereux pour vous et pour les autres.

Par ailleurs, la vitesse doit être adaptée sur cette route. En effet, il peut y avoir des rencontres auxquelles on ne s’attend pas forcément.

Enfin, mon dernier conseil est vraiment de prendre son temps à chaque belvédère pour profiter des différentes vues. Emerveillement garanti!

Après en avoir pris plein les yeux en admirant les Gorges de l’Ardèche en hauteur, on s’est dit que ce serait une superbe idée de les découvrir d’en bas. Et quel est le moyen idéal pour cela? Le canoë bien sur!

Les Gorges de l’Ardèche en Canoë: du rêve au cauchemar

Une des activités touristiques principales dans les Gorges de l’Ardèche est de descendre l’Ardèche en canoë. N’étant pas du tout sportive, j’ai longtemps hésité avant de réserver cette activité. J’ai lu des articles dans des blogs qui disaient que la descente n’était pas si évidente que cela. Mais bon, soyons fous et faisons le aussi!

La réservation

Il y a beaucoup d’agences qui proposent des descentes en canoë. Avec pratiquement le même point de départ et le même point d’arrivée. Pour la distance, vous pouvez choisir en 8, 13, 24 ou 32 km. Il est même possible de dormir en bivouac.

De nombreux sites conseillaient de faire la descente de 13km. Notre choix s’est donc porté sur cette descente avec l’agence Aigue Vive située à Vallon Pont d’Arc. Réservation effectuée en ligne pour une descente à 10H.

Le départ

Arrivés à l’agence pour 9h30, on s’enregistre et on récupère un bidon étanche qui sert à protéger les affaires. Mais surtout, on doit choisir, dès à présent, à quelle heure on veut prendre le bus, à la fin de la descente, pour revenir à l’agence. Mauvais premier point. En effet, je savais qu’il y avait des bus pour le retour à l’agence toutes les heures. Mais je ne pensais pas devoir indiquer l’heure de retour dès le matin. Je pensais naïvement que c’était vraiment en fonction de notre descente. OK donc pression pour être à l’heure pour prendre le bus. Puis, on nous donne, très rapidement, quelques conseils sur la conduite à adopter dans les rapides.

Ensuite, un bus nous emmène de Vallon Pont d’Arc à Sampzon, le départ de la descente en canoë. Chacun récupère son canoë et ce sans aucune aide de l’employé de l’agence. Je suis assez surprise de n’avoir aucune consigne de sécurité et surtout aucun conseil de la part de ce dernier. Débrouillez vous les gars ! Let’s go!

Le début du parcours: l’excitation de la descente

Les premiers instants sont très agréables. Une journée de rêve s’annonce surtout qu’on sait qu’on peut s’arrêter où on veut tout au long du parcours. En plus, le pique nique est dans le bidon étanche.

Le premier toboggan: le début du cauchemar

Le parcours comprend 4 toboggans. On ne sait pas du tout à quoi s’attendre dans la mesure où l’on a pas eu d’informations.

Et le drame arriva avec le premier toboggan. La peur de ne pas savoir quoi faire prend le dessus sur le plaisir d’être dans le canoë.

Et ce qui devait arriver arriva. Une fois engagé dans le toboggan, le canoë dérive légèrement et à l’arrivée il se retourne. Panique à bord (enfin non plus à bord). Ok il faut vite reprendre ses esprits et récupérer le canoë qui était déjà loin (avec toutes les affaires personnelles à l’intérieur comme le porte monnaie et le téléphone). Et la, crise de panique pour moi. Mais pourquoi me direz vous? En effet, j’avais pieds et il me suffisait de faire quelques mètres pour atteindre la plage. Mais non, c’était impossible. Après avoir glissée, chutée de nombreuses fois, il m’était impossible de bouger notamment à cause du courant et des jambes qui tremblent comme ce n’est pas possible. Heureusement, j’ai été sauvé…après le canoë mais j’ai été sauvé! Merci à mon sauveur, sans qui je serais toujours dans l’eau!

Dommage que les gens présents à ce moment là n’aient pas eu l’idée de nous aider. Apparement, pour eux, c’était très drôle de regarder les canoës se renverser (nous n’étions pas les seuls)…En tout cas, j’ai beaucoup mieux compris comment les accidents dramatiques arrivaient.

Et voila comment une descente en canoë tourne au cauchemar. Il y avait encore 3 toboggans après celui ci. Autant vous dire que le stress était au maximum. Heureusement, ils étaient plus petits et que tout s’est bien passé.

Un pique nique (presque) récupérateur

Pour essayer de récupérer un peu et de soigner les bobos, le pique nique était le bienvenue. Malheureusement, après avoir perdu beaucoup de temps et avec la pression de ne pas louper le bus, ce fut une pause rapide.

Après cette pause qui a quand même fait beaucoup de bien, il a fallu repartir. Je passe sur les détails sur ces chiens en liberté qui se baignaient dans l’Ardèche et qui sont montés dans notre canoë sans que les propriétaires interviennent.

Un petit moment de répit

La suite du parcours est plus calme. Disons qu’il n’y a plus de toboggans.

On essaye d’en profiter car le paysage est beau. On prend même le temps de regarder ceux qui sautent des falaises.

La poursuite du cauchemar

Alors que le calme était revenu et sans qu’on s’y attende vraiment, des rapides font leur apparition. On les franchies tant bien que mal malgré le stress. Heureusement, qu’à l’accueil, on nous avait donné quelques conseils.

Après en avoir passé plusieurs, on se dit que c’est la fin du cauchemar. Mais non. En effet, juste avant Pont D’arc, il y en avait des beaucoup plus importantes (avec des photographes!). En arrivant, on aperçoit de nombreux canoës bloqués sur les rochers. Panique à nouveau, surtout lorsqu’on voit le rocher s’approcher dangereusement et qu’on ne peut rien faire. Le canoë fait un demi tour sur lui même, mais heureusement, on reste dans le canoë.

L’arrivée à Pont d’Arc

Après ce passage intense, on arrive enfin à Pont d’Arc complètement exténués.

Etant finalement, légèrement, en avance, on en profite pour se poser quelques instants sur la plage et se baigner.

Et puis, il faut repartir pour rendre le canoë. On traverse le Pont d’Arc. Pas de doute, c’est très beau.

Toutefois, en le traversant, nous n’avons qu’une seule idée, c’est de rendre le canoë le plus vite possible.

La fin du cauchemar

Après avoir franchi le pont, il reste encore 30 minutes pour atteindre le point d’arrivée et rendre le canoë. Une éternité. En plus, en arrivant, il fallait absolument prendre un couloir tout à gauche sous peine de devoir faire marche arrière (et en canoë ce n’est pas facile, dixit le pauvre canoë qui s’était trompé et qui ramait à contre courant). Heureusement, une personne, sur la plage, a eu la bonne idée de hurler pour avertir le canoë qui était devant nous. Sinon je pense que le cauchemar aurait continué encore un moment.

Une fois sorti de l’eau, il aura encore fallu porter le canoë et ce dans une grande pente. Le bus de 15h nous ramène à l’agence. Mais dans quel état! Complètement exténués, des bleus de partout, des genoux égratignés, une éventuelle entorse de la cheville…mais avec un téléphone waterproof.

Si vous envisagez de faire cette descente en canoë et que vous êtes novices, renseignez vous bien avant et demandez des conseils sinon votre journée peut virer au drame. Et surtout, prévoyez plus large que nous pour l’heure de retour du bus. Nous avions pris la descente de 10h et le bus retour à 15h. Finalement, c’était beaucoup trop juste pour profiter des arrêts sachant qu’il faut pagayer environ 2h30.

En tout cas, le cauchemar est enfin terminé. Je ne suis pas certaine de vouloir refaire du canoë un jour tant cette journée aura été éprouvante.

Et voila, après cette journée, le week end est déjà terminé. N’hésitez pas à (re)découvrir le premier article consacré à ce week end en Ardèche avec notamment les visites des villages de caractère, des grottes ou encore des balades en pleine nature.

D’ailleurs, pour vous aider à préparer votre prochain week end en Ardèche, je vous propose un itinéraire de 3 jours.

Itinéraire de 3 jours en Ardèche

  • Jour 1 :
    • Route touristique entre Vallon Pont d’Arc et Saint Martin d’Ardèche
    • Visite du Grand Site d’Aven d’Orgnac (grotte et cité de la préhistoire).
  • Jour 2 :
    • Balmes de Montbrun
    • Visite des villages de caractère
      • Balazuc
      • Vogüé
      • Labeaume
  • Jour 3 : Descente en canoë dans les gorges de l’Ardèche

Concernant le Pont du Diable, qui est un peu plus éloigné, nous l’avons fait sur le chemin du retour.

Cela m’aura fait un bien fou de reprendre une vie normale, de voyager à nouveau, de découvrir des villages, d’aller dans un camping et même d’aller dans un restaurant. J’en aurais pris plein les yeux en découvrant les Gorges de l’Ardèche. Et surtout, cette aventure en canoë restera longtemps dans ma mémoire. Welcome back to life !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :